• r'Ose Transat

« Un magnifique moment de partage entre femmes »

Mis à jour : juin 30

Le 5 juin dernier, Roane, Cécile, Anne-Do et Veronika ont embarqué à la Trinité-sur-Mer en Bretagne, pour une semaine de navigation dans le cadre du premier stage de r'Ose Marines.


Elles ont largué les amarres pour Sauzon, au nord de Belle-Île-en-Mer, découvert un mouillage secret, mis le cap sur l’île de Houat avec 16-18 noeuds de vent, avant de revenir à la Trinité. Bilan ? « Une semaine de douceur, de bienveillance, d’émotion, de navigation dans un endroit idyllique » nous raconte Julie Mira, leur skipper et fondatrice des Marinettes. Quant aux équipières, l’aventure r’Ose Marines leur a fait un bien fou. « Je l’ai vécue comme un moment de liberté et d’évasion pour prendre soin de nous-mêmes, témoigne Roane. Un magnifique moment de partage entre femmes. » Cécile en retire « un sentiment de bien-être, un regain d’énergie et de confiance en soi ». Veronika a énormément appris, que ce soit à la manœuvre, ou dans l’expérience de la solidarité. « Bref, énormément de belles choses », y compris la « lecture » de la nature, des vents, des marées… Après une semaine extraordinaire, les r’Ose Marines sont rentrées, gonflées à bloc, grâce aussi à leur « génialissime » skipper : « Mes wonder r’Ose Marinettes repartent plus fortes, plus légères et plus fières d’elles. Et accro au beurre salé ! » Accro aussi aux embruns, au vent, aux vagues.. Leur souhait à toutes : que l’aventure r’Ose Marines continue !


Bilan du coaching sport et santé avec l’Hôpital de la Tour

Venonika, qui craignait le mal de mer, a bénéficié des conseils que lui a donnés la nutritionniste lors de son entretien. Elle est partie rassurée et revient enchantée des résultats, qu’elle juge excellents. Roane a particulièrement apprécié les séances de préparation physique avec Ellen Sprunger. La réunion avec la skipper et l’équipage, menée par une psychologue du sport en amont du stage, a par ailleurs permis de faire émerger les craintes, les besoins et les personnalités de chacune, donnant à Julie Mira des pistes pour son encadrement et permettant à chaque équipière de se préparer sereinement. « Tout cet encadrement, très enveloppant, a été positif moralement et physiquement » conclut Cécile.

3 questions à Julie Mira : skipper et fondatrice des Marinettes


Selon toi, quel est l’intérêt de la voile pour reprendre confiance après l’épreuve d’une maladie telle que le cancer du sein ?


La confrontation aux éléments permet de se dépasser, voir plus loin que les limites qu'on a tendance à s'imposer.


Pour certaines, la voile est une découverte et ne permet pas de comparer ses capacités physiques avec l'avant-maladie.


Tu n’es pas simple skipper, mais aussi coach : que cela signifie-t-il ?


Je les accompagne techniquement et humainement, je crée un petit cocon dans lequel elles pourront s'épanouir chacune en fonction de leurs besoins au cours de la navigation.


Quelles sont les implications d’un tel encadrement ? Qu’en retires-tu ?


Une belle aventure humaine ! Il faut beaucoup d'écoute et de sensibilité pour répondre au mieux à leurs besoins.


Axer un maximum les exercices techniques sur la réussite pour éviter les situations d'échec, sans pour autant leur faciliter trop le travail !

© Ilsaimentlamer.com - Anne Beaugé


53 vues0 commentaire